Handicap : « Plus belle la vie ensemble », une campagne pour l’accessibilité universelle à partir d’aujourd’hui

Par Dr Lydia Archimède
- Publié le 07/09/2015
- Mis à jour le 12/07/2019

Le gouvernement lance partir de ce lundi une campagne télévisuelle en faveur de l’accessibilité universelle et contre l’exclusion des personnes handicapées. L’événement fait suite au comité interministériel du 25 septembre 2013 qui avait arrêté le principe d’une grande campagne de communication visant à modifier les perceptions du handicap et à renforcer l’information sur les mesures en faveur de l’accessibilité.

Conçue par le service d’information du gouvernement (SIG), en partenariat avec France Télévisions et la série « Plus belle la vie », les équipes de « Plus belle la vie », la campagne s’articule autour de 20 saynètes d’une minute racontant le quotidien des personnes en situation de handicap permanent ou temporaire. Vingt épisodes tournés à Marseille dans les décors et avec des acteurs de la série vont être diffusés sur toutes les chaînes de « France Télévisions », du lundi 7 septembre au dimanche 18 octobre, vers 20h35 (avec sous-titrage et audiodescription). Chacun d’eux illustre, à travers des scènes de la vie courante, comment des aménagements prévus par les personnes en situation de handicap, facilitent, en réalité, la vie de tous.

80 % des petits établissements recevant du public

Le message est clair : mesures en faveur de l’accessibilité ne doivent plus être perçues comme des solutions réservées à des populations particulières ni seulement génératrices de coûts pour la société. En présentant la campagne aux associations, en présence de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, et de Ségolène Neuville, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion, Manuel Valls a souligné : « Notre objectif, c’est de mener la vie dure aux préjugés, de faire qu’il n’y ait pas, d’un côté, les 12 millions de personnes qui vivent avec un handicap ou une incapacité et, de l’autre, le reste de la société. » Le gouvernement souhaite également que « dans trois ans, 80 % des petits établissements recevant du public, comme par exemple les commerces de proximité, soient accessibles aux personnes atteintes d’un handicap », a indiqué Ségolène Neuville. Il s’agit de « créer un état d’esprit (...) pour que tous les Français se sentent coresponsables en quelque sorte d’une simplification de la vie des personnes en situation de handicap », a expliqué pour sa part Marisol Touraine.