Grève : la CSMF dénonce le mépris du gouvernement pour la médecine de ville

Publié le 26/12/2014

Trois jours après le début de la grève des libéraux, la Confédération des syndicats médicaux français regrette que le gouvernement n'ait « toujours apporté aucune réponse aux médecins libéraux », alors qu’il avait satisfait les demandes des urgentistes après une demi-journée de mobilisation seulement.

Dans un communiqué publié ce 26 décembre, le syndicat du Dr Jean-Paul Ortiz dénonce « le grave mépris du gouvernement pour les médecins libéraux » alors que, selon lui, plus de 80 % des cabinets médicaux ont fermé en protestation à la loi de santé et pour réclamer plus de moyens.

2 milliards pour la médecine libérale

Des moyens, la CSMF croit savoir où les trouver. Le syndicat estime que le gouvernement dispose de 2 milliards d’euros qu’il pourrait réaffecter à la médecine de ville.

Mi-décembre, l’IGAS/IGF publiait un rapport dans lequel il dévoilait des pistes d’économie sur la gestion de l’assurance-maladie. Celles-ci s’élèvent à 1,7 milliard d’euros par an d’ici à 2020. Auxquels s’ajoutent les « sous-consommations budgétaires mises au crédit des soins de ville depuis 3 ans » note la CSMF, pour laquelle la cagnotte se monte à 2 milliards.

Le gouvernement ne sait pas où trouver l’argent ? « La CSMF lui a indiqué où en chercher » ironise la confédération dans un communiqué.

S. L.

Source : lequotidiendumedecin.fr