« Cœur ardent », d’Alexandre Ostrovski

Grande pièce et beau spectacle

- Publié le 27/01/2009
- Mis à jour le 27/01/2009

ON CONNAÎT et on aime Ostrovski, en France. Il est né en 1823 à Moscou dans un quartier de riches marchands. La plupart de ses pièces sont situées dans ce monde. L’action de « Cœur ardent » est censée se passer en 1840, après l’abolition du servage. Mais c’est auparavant qu’Ostrovski a écrit cette comédie truculente et sensible, dans laquelle on reconnaît les couleurs de Gogol et Pouchkine et qui est imprégnée des tourments de la société en profonde mutation, déchirée de contradictions. Un monde où les nouveaux riches peuvent ressembler à ceux de la Russie de notre temps.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?