Gonarthrose sévère et dépression souvent associées  Abonné

Par
Christine Fallet -
Publié le 09/07/2018

La progression de la gonarthrose peut entraîner une détérioration de l’état psychosocial du malade. 1 652 patients arthrosiques de la cohorte américaine Osteoarthritis Initiative considérés comme non dépressifs ont été inclus dans une étude (2) évaluant l’impact de la sévérité (clinique, structurelle et fonctionnelle) de la gonarthrose sur l’apparition d’une dépression au cours du suivi de la maladie. Le diagnostic de dépression était basé sur un questionnaire du Center for Epidemiological Studies Depression (CESD scale).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte