Gardes à vue à Angoulême : les réquisitions de généralistes reprennent

Publié le 26/03/2014
1395842323509940_IMG_126331_HR.jpg

1395842323509940_IMG_126331_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

Un bras de fer oppose depuis près de deux ans les médecins généralistes libéraux d’Angoulême et les autorités au sujet des réquisitions médicojudiciaires (pour l’examen des personnes placées en garde à vue). En l’absence d’une unité dédiée, ce sont les praticiens libéraux qui les supportent, et leur trop grande fréquence « désorganise de façon inacceptable l’activité des médecins », estime MG France.

Création d’une astreinte spécifique

Le 13 janvier, une esquisse de solution semblait pourtant se dessiner. À l’issue d’une réunion de concertation locale, le principe d’une astreinte spécifique dédiée à ces réquisitions médicojudiciaires, et basée sur le volontariat de l’ensemble des médecins actifs, avait été acté. Il restait cependant à régler le problème du montage financier permettant le paiement de cette astreinte. Les médecins angoumoisins ont accepté d’assumer gratuitement cette astreinte (jusqu’au 24 mars) pour laisser le temps aux tutelles de finaliser le dispositif.

Appel au procureur

Mais à la date du 25 mars, rien n’était bouclé, et le préfet a dû reprendre les vieilles méthodes de la réquisition. En attendant la mise en place du dispositif tant attendu, MG France rappelle qu’« il n’est plus question de faire porter ces réquisitions sur les seuls généralistes. Le procureur doit respecter une parfaite équité entre tous les médecins actifs, quels que soient leur statut et leur mode d’exercice ».

 
La FMF dénonce l’inertie ministérielle
 
Dans l’affaire des réquisitions pour gardes à vue  d’Angoulême, le  Dr  Jean-Paul  Hamon, président de la  FMF, dénonce « l’inertie des ministères de la Santé et de la Justice ». Il regrette en effet qu’aucun réseau de médecins volontaires n’ait pu voir le jour, « faute de détermination et de coordination des autorités, et faute de moyens financiers adéquats ».
Jean-Paul  Hamon prévient : « Le procureur d’Angoulême est face à une nouvelle menace de grève en cas de réquisitions systématiques sur les seuls généralistes. La FMF sera aux côtés des médecins d’Angoulême. »
H.S.R.

Source : lequotidiendumedecin.fr