François Hollande : les Français attendent davantage de transparence

Publié le 29/02/2012
1330614207328260_IMG_78513_HR.jpg

1330614207328260_IMG_78513_HR.jpg
Crédit photo : AFP

LE QUOTIDIEN - La question de la santé du président de la République doit-elle rester un sujet privé, protégé par le secret médical, ou nécessite-t-elle d’être traitée dans le débat public ?

FRANÇOIS HOLLANDE - Il est important que les Français aient confiance en la capacité de leur président à gouverner. Je suis donc favorable à donner publiquement et régulièrement les informations liées à l’état de santé du chef de l’État. Mais, dès lors que cette garantie leur est apportée, le respect de l’intimité du président, comme de celle de tout autre citoyen doit être garanti.

Quels enseignements tirez-vous des événements survenus à cet égard lors des mandats de Georges Pompidou et de François Mitterrand ?

Georges Pompidou et François Mitterrand ont gouverné la France alors qu’ils étaient atteints de maladies graves. Leur courage et leur dignité sont gravés dans nos mémoires. Mais les Français attendent sans doute davantage de transparence aujourd’hui.

Envisagez-vous de prendre personnellement des engagements pour garantir, si vous êtes réélu, la transparence au sujet de l’information sur votre santé ?

Si je suis élu, il me semblera naturel de donner les informations utiles sur mon état de santé.

Pensez-vous que la constitution soit suffisamment précise pour les cas d’empêchement médical du président ?

La constitution prévoit que si le président n’est plus en mesure d’exercer son mandat – ce que l’on appelle l’empêchement – ses fonctions sont exercées par le président du Sénat. Aujourd’hui, la décision relève du Conseil constitutionnel, saisi par le gouvernement.

En tant que candidat, êtes-vous disposé à fournir des informations concernant votre état de santé actuel ?

Pour financer ma campagne électorale, j’ai été amené à souscrire un prêt auprès d’une banque. Et j’ai passé une visite médicale très complète pour fournir toute garantie.

 CHRISTIAN DELAHAYE

Source : lequotidiendumedecin.fr