Fonction publique : effectifs et point d'indice au menu des premiers échanges avec les syndicats

Publié le 24/05/2017
Gérald Darmanin

Gérald Darmanin
Crédit photo : AFP

La suppression de 120 000 postes de fonctionnaires, souhaitée par Emmanuel Macron, mais aussi le probable gel du point d'indice ont été au cœur mardi des premiers contacts entre les syndicats de la fonction publique et leur ministre, Gérald Darmanin. Aucun arbitrage n'a été annoncé.  

Si la baisse d'effectifs est maintenue, ce sera un « point de rupture », a déjà prévenu la CGT, tandis que pour la CFDT toute « modernisation » de la fonction publique passe « d'abord par une réflexion sur les missions », ont indiqué à l'AFP les deux syndicats à l'issue de leurs rencontres.

Jour de carence

FO a confirmé l'intention du gouvernement de supprimer 120 000 postes et de rétablir un jour de carence pour les fonctionnaires. Pour Bernadette Groison (FSU), « le ministre a redonné sans surprise la feuille de route d'Emmanuel Macron. Il a tenté de nous rassurer, dit-elle, mais la dimension budgétaire va peser ».

Juste avant de commencer ces échanges, le ministre de l'Action et des comptes publics, également en charge de la fonction publique, avait affirmé sur RTL que cette suppression d'effectifs, sur le quinquennat, serait un engagement « tenu ».

« La baisse des effectifs, comme (le fait) de scinder la valeur du point d'indice en fonction des versants de la fonction publique (État, hospitalière, territoriale), font partie des actes qui, s'ils sont posés, constitueront un recul majeur et un point de rupture pour la CGT », a averti Jean-Marc Canon, représentant de la CGT fonction publique. Selon ce même leader, le ministre a indiqué qu'il n'y aurait « vraisemblablement pas de hausse de la valeur du point d'indice en 2017 ». Ce point avait été revalorisé de 1,2 % en 2016.

De nouvelles rencontres bilatérales sont prévues au mois de juin, avant une possible réunion plénière en juillet, selon les syndicats.


Source : lequotidiendumedecin.fr