Faut-il se méfier des protections ?  Abonné

Par
Dr Lydia Marié-Scemama -
Publié le 29/10/2018

Choc toxique staphylococcique menstruel (CTS-M). Depuis les années 1980, les tampons ont été identifiés comme pouvant être responsables de ce syndrome gravissime, en particulier ceux, superabsorbants, de la marque Rely, qui avaient été responsables d’une augmentation des cas. Depuis, aux États-Unis, les tampons sont obligatoirement classés selon leur degré d’absorption, et la déclaration des cas de CTS-M est obligatoire (l’incidence en est de 14/100 000 chez les femmes de 13 à 24 ans).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte