exergue

- Publié le 20/07/2015
- Mis à jour le 12/07/2019

« La réflexion juridico-politique sur la notion de génocide est bloquée, par peur de complaisance avec les Serbes, parce que le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPY) est une vache sacrée, créé comme un lot de consolation alors qu’on n’a pas su éviter le pire. C’est abusif de parler de génocide pour le massacre de Srebrenica où les enfants, les femmes, et les vieillards ont été épargnés. Cela sème la confusion » - Rony Brauman

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?