Exenatide, DPP4

- Publié le 17/09/2015
- Mis à jour le 12/07/2019

Les études menées sous exenatide chez des DT1 sont plus nuancées : meilleures glycémies post-prandiales mais élévation des glycémies à jeun (1).

En revanche, l’autre classe d’incrétines, les inhibiteurs de la DPP4, ne semblent apporter aucun bénéfice chez les DT1 après 16 semaines sous sitagliptine : en postprandial, pas de diminution des taux de glucagon ni des glycémies, et globalement pas de baisse de l’HbA1c ou du poids, malgré une augmentation nette du GLP1 endogène (2).

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?