Évasion fiscale : une centaine de médecins dans le radar de « SwissLeaks »

Publié le 09/02/2015
1423483930584978_IMG_147278_HR.jpg

1423483930584978_IMG_147278_HR.jpg
Crédit photo : AFP

Plusieurs milliers de contribuables français auraient dissimulé de l’argent sur des comptes cachés tenus par la filiale suisse de la banque HSBC entre 2005 et 2007. Parmi eux, au moins une centaine de médecins et une cinquantaine d’avocats seraient concernés par cette fraude fiscale, affirme « Le Monde » qui publie ce lundi une vaste enquête sur le sujet.

Le quotidien a mis la main sur les données dérobées dans l’établissement bancaire par un ancien employé, Hervé Falciani, qui avait déjà fourni ces archives à l’administration fiscale française fin 2008.

Au total, ce seront près de 6 milliards d’euros qui auraient transité illégalement sur des comptes offshore détenus par des contribuables français.

« Des chirurgiens désireux de blanchir des honoraires non déclarés »

« La disparité des profils des détenteurs de comptes est assez frappante. Les chirurgiens français désireux de blanchir leurs honoraires non déclarés y côtoient des diamantaires belges, des protagonistes de l’affaire Elf ou de nombreuses familles juives dont les avoirs avaient été mis en lieu sûr, en Suisse, au moment de la montée du nazisme en Europe », écrit le journal qui révèle au public les noms de quelques célébrités impliquées dans cette affaire (dont l’humoriste Gad Elmaleh qui aurait régularisé sa situation).

Lorsque la profession est indiquée (80 % des cas), les commerçants, dirigeants d’entreprises et professions libérales sont les plus représentés. Nombre d’entre eux auraient été démarchés par les agents de HSBC Private Bank de manière illégale, la banque étant soupçonnée d’avoir invité ses clients à frauder.

Les montants détenus par les Français s’élevaient en moyenne à 2 millions de dollars, soit près de 1,5  million d’euros. Mais cette somme serait tirée vers le haut par les comptes les mieux garnis.

Depuis 2009, la justice française a enquêté sur une partie de ces « listings Falciani ». La plupart des contribuables visés auraient régularisé leur situation.

S. L.

Source : lequotidiendumedecin.fr