Eva Joly à l’hôpital : les éclopés de la campagne (MAJ)

Publié le 02/04/2012
1333357120338214_IMG_81207_HR.jpg

1333357120338214_IMG_81207_HR.jpg
Crédit photo : AFP

Mise à jour (2 avril à 14h20)


A la demande d'Eva Joly, l'hôpital Cochin a diffusé un communiqué de presse précisant les conditions de l'accident de la candidate du parti écologique. Cette dernière a été hospitalisée dans le service des maladies cardiovasculaires, vers 2h30, « à la suite d'une chute avec traumatisme facial et très brève perte de connaissance. » Les investigations cardiovasculaires ont été négatives, ce qui suggère que la chute est « très vraisemblablement d'origine mécanique. »  Madame Eva Joly devrait quitter l'établissement aujourd'hui ou demain, conclut le communiqué. 

Première publication
La candidate écologiste à la présidentielle, Eva Joly, est hospitalisée depuis dimanche soir à la suite d’une chute. Son entourage assure qu’elle devrait sortir ce lundi de l’hôpital Cochin à Paris, et reprendre sa campagne dès mardi.

Les médecins ont gardé Eva Joly, 68 ans, en observation à l’hôpital après qu’elle a fait « une chute a priori sans gravité » occasionnant un choc à la tête, selon EELV, en sortant du cinéma dimanche soir.

Un exercice exténuant

Vendredi après-midi, c’est le député socialiste de l’Essonne, Julien Dray, qui avait été admis à l’hôpital du Val-de-Grâce, victime d’un malaise cardiaque – il en est sorti le lendemain. Julien Dray se serait senti mal alors qu’il était en train de travailler au QG de campagne de François Hollande. Quittant la réunion, il serait, selon l’un de ses proches cité par l’AFP, « monté dans un taxi qui l’aurait conduit de sa propre initiative à l’hôpital en s’inquiétant de son état ».

Si l’on se garde bien de relier directement ces deux accidents à la tension de la campagne électorale, on ne peut que constater le caractère exténuant de l’exercice. Philippe Poutou, candidat du NPA, en a convenu samedi sur BFMTV2012/Le Point/RMC. Il est « plus fatigant de faire une campagne que de bosser à l’usine », a-t-il expliqué, évoquant un « mélange de marathon, de squash et de boxe française ».

 K. P.

Source : lequotidiendumedecin.fr