Et un, et deux, et trois syndicats... appellent à la fermeture des cabinets en fin d’année

Publié le 23/10/2014
1414062283556950_IMG_139361_HR.jpg

1414062283556950_IMG_139361_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

Après quelques jours de tâtonnements, trois syndicats de médecins libéraux ont finalement décidé d’appeler les médecins généralistes à fermer leur cabinet pendant les fêtes de fin d’année (à partir des 23 ou 24 décembre). Mais ce mouvement de contestation reste pour l’heure d’un front à plusieurs visages.

MG France et la FMF ont toutefois invoqué ce jeudi la nécessaire « unité syndicale » pour fermer les cabinets fin décembre. Dans un communiqué commun, les deux syndicats réclament l’abrogation de l’avenant 19 (pour permettre aux généralistes de coter leurs consultations à 25 euros), le passage immédiat de la visite du médecin traitant à 56 euros et l’abandon de l’obligation du tiers payant.

MG France avait dans un premier temps invité les généralistes à une fermeture nationale des cabinets le mardi 6 janvier, date anniversaire du C à 23 euros.

Les jeunes aussi

Non-signataire de ce communiqué, mais ayant appelé dès lundi à la fermeture des cabinets du 24 au 31 décembre, la branche généraliste de la CSMF (UNOF) cible ses critiques sur le projet de loi de santé, la « mainmise » des ARS sur la médecine libérale, les infirmières cliniciennes, la vaccination confiée aux pharmaciens et aux sages-femmes... L’UNOF réclame par ailleurs depuis plusieurs mois que la consultation, dont le niveau est « indigne », soit revalorisée à 25 euros.

Constatant que « des jeunes installés désabusés dévissent leur plaque », la branche « jeunes médecins » de la CSMF soutient l’appel à la grève du 24 au 31 décembre.

L’Union française pour une médecine libre (UFML) a appelé elle aussi à participer à la cessation d’activité de fin décembre et réclame le retrait de la loi de santé dans son ensemble.

« Les confrères sur le terrain attendent qu’ensemble nous lancions une vraie mobilisation qui ne puisse se confondre avec des dates de vacances, tout à fait méritées », affirmait MG France, en début de semaine.

Au bout du compte, c’est bien pendant la trêve des confiseurs que les généralistes devraient malgré tout fermer massivement leurs cabinets.

Christophe Gattuso

Source : lequotidiendumedecin.fr