De rares femmes à l’université

Et si elles doutaient de leurs capacités ?

Par
Publié le 29/01/2018
femmes

femmes
Crédit photo : PHANIE

En France, seules 15 % des PU-PH en gynécologie-obstétrique sont des femmes. Cette sous-représentation dans les carrières universitaires a conduit à réaliser une enquête pour mieux en connaître les déterminants.

Pour ce faire, les internes d’Ile-de-France dans cette spécialité – du choix aux ECN à la fin de la 5e année – ont été sollicités. Il s’agissait majoritairement de femmes (84 %). Le taux de réponse a été très bon, de 66 % ; l’analyse des données porte sur 170 femmes et 34 hommes qui ont répondu au questionnaire.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)