Amélioration du Parkinson chez l’animal

Essais d’une neurostimulation par voie médullaire

Publié le 22/03/2009
- Mis à jour le 22/03/2009

LES PATIENTS atteints de la maladie de Parkinson présentent des troubles moteurs progressifs résultant d'un déficit en dopamine cérébrale lié à la dégénérescence des neurones dopaminergiques de la voie nigrostriée. Le traitement par L-DOPA, thérapeutique de choix à ce jour, améliore les symptômes moteurs. Mais, après quelques années, il perd de son efficacité et donne lieu à des complications motrices (mouvements anormaux involontaires ou dyskinésies).

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?