Syndrome du bébé secoué au programme au CHU de Nantes

Encore trop d’idées reçues  Abonné

Publié le 12/02/2015
1423707133585618_IMG_147450_HR.jpg

1423707133585618_IMG_147450_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

Un bébé secoué aurait la faculté de récupérer car il est souple ; des signes de maltraitances précédentes seraient minimisés ; les symptômes d’un secouement se manifesteraient au bout de 24 ou 48 heures... ces exemples d’une relative méconnaissance, d’une difficulté à poser le diagnostic, voire d’un certain déni des professionnels de santé, devant la réalité du syndrome du bébé secoué, ont été donnés durant cette première journée universitaire de pédiatrie médico-légale à Nantes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte