En parler ou non ?

Publié le 13/05/2019

« Le Quotidien » s’est entretenu avec des médecins – majoritairement hospitaliers – qui jeûnent pendant la période de Ramadan, et beaucoup ont fait part du silence, choisi ou non, qui entoure cette période chez les soignants.

 

Le regard des autres : soignants et patients

• « Mes collègues pensent que parce que je jeûne, je vais travailler de nuit pendant tout le mois » (M., femme, 47 ans, infirmière anesthésiste)

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?