En grève le 18 mars, des médecins du Val d’Oise se mobilisent contre le tiers payant généralisé

Publié le 10/03/2014
1394462149504822_IMG_124777_HR.jpg

1394462149504822_IMG_124777_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

La chambre syndicale des médecins du Val d’Oise (Ile-de-France) appelle les professionnels libéraux du département à fermer leur cabinet médical le mardi 18 mars, afin de marquer leur opposition au tiers payant généralisé, mesure défendue par Marisol Touraine.

L’organisation inscrit cette action de protestation dans la lignée de la Semaine blanche, mouvement de grogne national porté par l’Union française pour une médecine libre (UFML), association des anciens médecins « pigeons ».

Président de la chambre syndicale, le Dr Serge Larcher justifie cette journée de mobilisation par la « disparition de la médecine libérale programmée par le gouvernement ».« Le piège » du tiers payant généralisé en serait la dernière preuve pour ce médecin généraliste de secteur II.

Assujettissement aux caisses

L’aspect « inflationniste » du dispositif, la « rupture du lien » (constitué par le paiement à l’acte) entre le patient et le médecin et la « subordination » du professionnel aux caisses d’assurance-maladie sont les raisons qui expliquent la grogne des professionnels, argumente le Dr Larcher.

« 34,7% des actes de médecine de ville sont déjà réglés en tiers payant, ajoute le médecin de Saint-Brice-sous-Fôret, citant le rapport de l’Inspection générale des affaires sociales sur le sujet. Le paiement à l’acte n’est donc pas un frein à l’accès aux soins ! »

Prudence des syndicats

La chambre syndicale des médecins du Val d’Oise revendique l’adhésion de 400 professionnels sur les 1 800 médecins libéraux du département. Seule une moitié provient des rangs syndicaux. Dans l’autre moitié, on trouve des membres de l’UFML. D’où la prudence des syndicats sur ce mot d’ordre.

« Nous laissons nos adhérents choisir à titre individuel de participer à ce mouvement contre le tiers payant généralisé ou pas », indique le Dr Claude Gernez, président du bureau départemental de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF). Le psychiatre est par ailleurs président honoraire de la chambre syndicale.

Anne Bayle-Iniguez

Source : lequotidiendumedecin.fr