En cas de saignements sous contraceptifs

Par
Dr Maia Bovard Gouffrant -
Publié le 31/01/2019

Le cas particulier du saignement sous contraceptifs doit faire rechercher un oubli de pilule, une interaction médicamenteuse, une grossesse et surtout une pathologie infectieuse, à Chlamydia en particulier, une lésion cervico-utérine ou un kyste de l’ovaire.

Cees saignements sont plus fréquents sous contraception œstroprogestative (OP). On peut proposer d'augmenter la dose d'éthinylestradiol (EE), changer de type de progestatif ou passer à une contraception non orale.

En cas de contraception microprogestative, on peut ajouter l'EE ou proposer des traitements non hormonaux.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)