Embryon : le début d’un consensus

Publié le 08/06/2011

Alors que les sénateurs examinent, en seconde lecture et jusqu’à demain, le projet de révision de la loi bioéthique, la secrétaire d’État à la Santé a salué « la qualité des débats » qui ont abouti à certains points de consensus, comme le refus de la levée de l’anonymat et le rejet du transfert post-mortem.

Nora Berra exprime également sa satisfaction concernant les « avancées réalisées sur le don d’organe », avec l’autorisation du don croisé et l’élargissement du cercle des donneurs vivants. S’agissant de la recherche sur l’embryon, elle rappelle que le gouvernement « n’entend pas renoncer au principe d’interdiction des recherches sur l’embryon, assorti de possibilités de dérogations ». « Je constate que sur certains points, les positions de l’Assemblée nationale et du Sénat se rapprochent néanmoins. Ainsi, il n’est pas proposé de distinguer les recherches sur l’embryon des recherches sur les cellules souches embryonnaires. Ce choix est judicieux, car il existe évidemment un continuum entre l’embryon et les cellules souches, qui ne peuvent être prélevées sur l’embryon sans le détruire », indique-t-elle. Mais le consensus s’arrête là. En commission, les sénateurs se sont à nouveau dits favorables à l’autorisation encadrée de cette recherche. Verdict demain.

> S. H.

Source : lequotidiendumedecin.fr