Élisabeth Hubert et Xavier Bertrand défendent l’HAD

Publié le 10/12/2010

Lors de la 14e journée nationale de l’hospitalisation à domicile (HAD) qui s’est tenue jeudi, Élisabeth Hubert, présidente de la Fédération nationale des établissements d’HAD (FNEHAD), et le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, Xavier Bertrand, ont dessiné trois domaines d’action pour asseoir la place de l’HAD dans le système de soins.

Depuis 2005, ce type d’hospitalisation s’est en effet beaucoup étoffé. Aujourd’hui, plus de 100 000 malades sont pris en charge en HAD, pour 4 millions de journées, contre 35 000 pour 1,5 million de journées auparavant. Il s’est aussi étendu sur le territoire : désormais, une autorisation d’HAD a été accordée dans tous les départements. « C’est un secteur d’avenir et d’excellence qui répond à une demande croissante des patients », a souligné Xavier Bertrand.

Cependant, plusieurs défis doivent être relevés pour que l’HAD soit bel et bien reconnue comme un mode d’hospitalisation à part entière. Élisabeth Hubert a d’abord souligné la responsabilité des agences régionales de santé (ARS) dans la reconnaissance des HAD par tous les professionnels libéraux, sujet que Xavier Bertrand s’est engagé à aborder lors de sa prochaine réunion avec les agences.

La FNEHAD demande ensuite un financement pérenne. Les structures modestes souffrent en effet d’une baisse sensible du GHT moyen, d’un alourdissement des charges, du coût des médicaments et surtout de tarifs qui n’ont pas bougé depuis la mise en œuvre de la tarification à l’activité (T2A). En réponse, Xavier Bertrand a annoncé qu’il investira dans les expérimentations, notamment en chimiothérapie, pédiatrie, ou rééducation neurologique. Enfin, le développement de la télémédecine et des systèmes d’information sera encouragé, un enjeu crucial pour l’HAD en zone médicalement sous-dense.

lequotidiendumedecin.fr, le 10/12/2010

 C. G.

Source : lequotidiendumedecin.fr