Anti-VEGF/anti-mTOR en 2e ligne du rein 

Efficace et aux effets secondaires gérables mais fréquents  Abonné

Publié le 14/09/2015

Une étude de phase II randomisée (1), comparait l’association du lenvatinib (inhibiteur du VEGFr 1-3, FGFr 1-4, PDGFRα, RET et Kit) à l’everolimus (inhibiteur de mTOR) à l’un et l’autre de ces traitements en monothérapie chez des patients présentant un carcinome rénal à cellules claires après progression sous anti-VEGF.

Pour l’association, la dose d’everolimus était diminuée de moitié (5 mg au lieu de 10) et celle du lenvatinib de 24 mg à 18 mg par jour.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte