Ebola : la France renforce les contrôles au départ des pays touchés

Publié le 27/10/2014

Alors que 3 réservistes de l’EPRUS (Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires) vont être mobilisés pour une période de 15 jours à partir du 23 octobre 2014 pour venir consolider le contrôle sanitaire à l’aéroport international de Conakry en Guinée (arrêté du J. O. du 22 octobre), le président de la République a lui-même annoncé que les contrôles à l’arrivée, déjà mis en œuvre à l’aéroport de Roissy, allaient être étendus aux ports accueillant des bateaux en provenance d’un des pays touchés par l’épidémie Ebola. Ces mesures complémentaires vont être mises en place « à l’arrivée dans les ports pour les bateaux qui sont partis depuis moins de trois semaines (soit la période d’incubation, ndlr), depuis un pays dans lequel il y a l’épidémie d’Ebola », a précisé la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Marins et passagers auront un test de température, a indiqué la ministre. Le ministère des Transports est chargé de l’application de cette décision visant à éviter toute propagation sur le sol français du virus.

À propos de l’épidémie, François Hollande qui s’exprimait lors d’une conférence de presse au sommet européen de Bruxelles, a appelé à ne « tomber ni dans le catastrophisme, ni dans l’inaction ». Le catastrophisme « produit la panique, c’est inutile, d’autant qu’on peut guérir d’Ebola, on doit guérir d’Ebola en Afrique et partout dans le monde, mais il ne faut pas non plus tomber dans l’inaction », a-t-il ajouté

Dr L. A.

Source : lequotidiendumedecin.fr