D’une main à l’autre, les prémas gardent la mémoire

Publié le 03/04/2012
1333466229339026_IMG_81411_HR.jpg

1333466229339026_IMG_81411_HR.jpg
Crédit photo : F. Berne-Audeoud

Le toucher est l’un des sens les plus matures à la naissance. Même les prématurés dès la 33e semaine d’aménorrhée (SA) sont en mesure d’assurer le « transfert inter-main », cette capacité de reconnaître avec une main un objet déjà exploré par l’autre. C’est ce que viennent de mettre en évidence des chercheurs du Laboratoire de psychologie et neurocognition (CNRS/université Pierre-Mendès-France - Grenoble 2/Université de Savoie) en collaboration avec le Laboratoire de psychologie de la perception (CNRS/Université Paris-Descartes/ENS Paris) et le CHU de Grenoble. Ces résultats suggèrent ainsi que le corps calleux, ce noyau cérébral impliqué dans le transfert d’informations les deux hémisphères grâce à un ensemble de faisceaux de fibres, est fonctionnel dès cet âge précoce.

L’équipe dirigée par Édouard Gentaz avait montré en 2010 que les prématurés sont capables de mémoriser de façon tactile les objets. Dans cette nouvelle étude, les chercheurs montrent que les prématurés sont capables de mémoriser de l’information sur un objet, de la maintenir en mémoire et de la comparer avec l’information contenue dans la main opposée. Les bébés tiennent moins longtemps en main un objet déjà exploré dans l’autre. En revanche, s’il s’agit d’un tout nouvel objet, le temps de tenue est augmenté. Les prématurés peuvent reconnaître un objet familier avec la main opposée.

Respecter le toucher des bébés

Le corps calleux, bien qu’immature, serait déjà fonctionnel dès la 33e SA. Les chercheurs insistent sur l’importance de prendre soin des capacités tactiles des tout-petits, compte tenu de l’influence sur le développement cérébral et sur la santé de ces bébés. Ils proposent ainsi des recommandations spécifiques : éviter au maximum toute contention des mains des bébés, par exemple avec les moufles ou les mains attachées, privilégier la liberté de mouvement et favoriser l’exploration tactile en respectant les phases de veille/sommeil. Les services de maternité du CHU de Grenoble, ayant étroitement collaboré à l’étude, ont déjà mis en place ces pratiques dans les soins qu’ils prodiguent.

« Child Development », publié en ligne du 30 mars 2012.

 Dr IRÈNE DROGOU

Source : lequotidiendumedecin.fr