L'aspect mystique de la peau

Du sacré au profane  Abonné

Publié le 21/03/2007

DANS LES SOCIETES PRIMITIVES, les hommes se fient à des choses concrètes, en particulier à ce qu'ils voient. Dans ces sociétés, nous dit le Pr Guillet, « l'apparence de la peau est primordiale dans sa façon d'être dévoilée au regard et dans sa façon d'être interprétée lorsqu'elle porte des marques ou qu'elle est malade ». Marquer la peau avec des peintures, des tatouages ou des piercings permet de délivrer un message destiné à autrui, mais aussi et surtout à des forces invisibles ou à des divinités.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte