Entretien

Dr Marc Baillargeat, président d’Ostéos de France : « Il n’y aura plus de mauvais ostéopathe formé »  Abonné

Publié le 22/01/2015
1421892943579053_IMG_145578_HR.jpg

1421892943579053_IMG_145578_HR.jpg
Crédit photo : ERIC PORTALES

LE QUOTIDIEN : Il a fallu un an et demi de négociations pour réformer l’ostéopathie. Les décrets enfin publiés sont-ils de nature à réguler la profession ?

Dr MARC BAILLARGEAT : Oui. La réforme qui a été arrêtée est extrêmement contraignante pour les écoles d’ostéopathie. Il existe près de 80 écoles aujourd’hui. Elles doivent désormais remplir 24 critères ! Si les textes sont appliqués correctement par la commission nationale d’agrément, seules une dizaine ou une quinzaine d’écoles rempliront ces critères. Avec cette réforme, il n’y aura plus de mauvais ostéopathe formé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte