Données de santé : un décret élargit l’accès aux non-médecins, dénoncent les « pigeons » de l’UFML

Publié le 23/08/2013
1377255243449267_IMG_109449_HR.jpg

1377255243449267_IMG_109449_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

La publication au « Journal officiel » d’un arrêté relatif aux données de santé du système national d’information interrégimes de l’assurance-maladie, le 13 août, inquiète les « pigeons » de l’Union française pour une médecine libre (UFML).

Ce décret autorise un « élargissement conséquent » des autorisations d’accès à ces données relatives aux patients et aux pratiques et prescriptions des médecins et des établissements de santé, estime l’UFML.

L’association craint une « dérive » ainsi qu’un « risque de marchandisation » dans l’utilisation de ces renseignements.

Appel à la vigilance

Avec l’application de ce décret, ces informations « seront accessibles aux médecins-conseils de différentes agences publiques […], mais également, s’agace l’UFML, aux organismes privés de l’UNOCAM (complémentaires santé). Ce sont donc des milliers de personnes – hors professionnels médicaux – qui auront accès aux données de santé de la population ainsi qu’aux pratiques médicales ! »

Soucieux du respect du secret médical, « ciment de la confiance entre le praticien et le patient », le Dr Jérôme Marty, président de l’UFML, appelle les professionnels et les associations de patients « à une extrême vigilance ». Et s’interroge sur la position du Conseil de l’Ordre sur le sujet.

 ANNE BAYLE-INIGUEZ

Source : lequotidiendumedecin.fr