Une identification précoce devient possible

Deux variants majorent le risque de FA  Abonné

Publié le 04/07/2007

LA PLUS FREQUENTE des arythmies cardiaques prolongées, la fibrillation auriculaire, est caractérisée par une activité électrique chaotique des oreillettes. Elle touche 1 personne sur 10 après 80 ans et cause une morbi-mortalité significative, représentant la principale cause d'accident vasculaire cérébral d'origine cardiaque.

De récentes études ont apporté la preuve d'une contribution génétique. On sait que des mutations dans les gènes du canal potassium sont associées à des formes familiales, mais elles ne sont responsables que d'une petite partie des FA.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte