Détecter l’origine infectieuse des échecs prothétiques  Abonné

Publié le 18/03/2019

La survenue d’une infection après implantation d’une prothèse articulaire est un évènement rare : la préparation de l’opéré, l’asepsie et l’antibioprophylaxie prophylactique ont permis d’atteindre un risque infectieux sur les principales prothèses (hanche et genou) de l’ordre de 1 %. Mais lorsqu’on approche les 2 millions de sujets opérés pour une primo implantation ou une reprise, comme aux États-Unis, ce taux finit par représenter une population importante de patients très délicats à traiter.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte