Déserts médicaux : « Que Choisir » réclame le conventionnement sélectif et la fin des dépassements d’honoraires

Publié le 16/10/2012
1350390672380596_IMG_91404_HR.jpg

1350390672380596_IMG_91404_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

C’est un sacré pavé dans la mare que lance « Que choisir ». L’association de consommateurs a présenté ce mardi une étude selon laquelle les conditions d’accès de la population à un médecin commenceraient à provoquer une véritable « fracture sanitaire ». Selon ses calculs, plus de 17 millions de Français ont des difficultés d’accès (géographique ou financier) à un généraliste, un chiffre qui monte à 51 millions pour les ophtalmologistes.

L’association formule des propositions radicales. Elle suggère la mise en place d’un conventionnement sélectif pour les médecins : toute nouvelle installation dans un territoire où l’offre médicale est surabondante (plus de 30 % de praticiens en plus par rapport à la densité moyenne nationale) ne pourrait plus se faire qu’en secteur I.

Elle propose aussi une réduction massive des aides octroyées par l’Assurance-maladie aux médecins installés en zones surdotées, comme la prise en charge des cotisations.

Elle demande enfin « la disparition des dépassements d’honoraires ». Pour cela, elle propose une phase transitoire au cours de laquelle ceux-ci seraient plafonnés à 40 % des tarifs opposables, un pourcentage qu’elle présente comme le niveau médian de prise en charge de ces dépassements par les complémentaires santé. Pour appuyer ces demandes, l’association invite les patients à se connecter sur son site, et à envoyer en un seul clic à leur député ou sénateur un courriel type dénonçant cette « fracture sanitaire », et demandant la mise en place de ces mesures.

 H. S. R.

Source : lequotidiendumedecin.fr