Déserts médicaux : la loi Vigier entièrement détricotée en commission

Publié le 20/01/2012
1327062298317128_IMG_75948_HR.jpg

1327062298317128_IMG_75948_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

La commission des Affaires sociales de l’Assemblée a adopté une version revue et corrigée, sans mesures contraignantes, de la proposition de loi (PPL) du député du Nouveau Centre, Philippe Vigier, visant à lutter contre les déserts médicaux. La proposition de loi sera débattue jeudi prochain par l’ensemble des députés. Initialement, cette PPL très autoritaire prévoyait 12 mois de stage obligatoire dans une maison de santé ou un hôpital en zone déficitaire pour les étudiants en troisième année d’internat, trois ans d’exercice obligatoire en zone déficitaire pour tout médecin après sa formation, ou encore un système d’autorisation des implantations de cabinets libéraux aux mains des ARS.

En lieu et place des mesures coercitives, la commission a adopté d’autres articles. L’un, issu d’un amendement de Véronique Besse (proche de Philippe de Villiers), prévoit de renforcer le bénéfice du cumul emploi retraite dans les zones sous-dotées « en encourageant les médecins qui souhaitent continuer à exercer à temps partiel au-delà de l’âge de la retraite à poursuivre leur activité grâce à une réduction de charges sociales ». Également adopté, un amendement Vigier prévoit un programme de développement de la télémédecine « pour permettre davantage de flexibilité aux patients en donnant accès à des services de santé sans avoir à se déplacer ».

La CSMF a « salué » la sagesse de la commission des affaires sociales et souhaité que cette position soit confirmée lors de l’examen du texte en séance.

CYRILLE DUPUIS

Source : lequotidiendumedecin.fr