Déserts : le coup de cœur du Pr Vallancien pour les idées des étudiants

Publié le 30/11/2012
1354276565394244_IMG_95034_HR.jpg

1354276565394244_IMG_95034_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

Ces derniers jours, le Pr Guy Vallancien n’a eu de cesse, sur Twitter, de féliciter les étudiants en médecine pour leurs propositions contre les déserts médicaux. Dans une tribune intitulée « Vive les carabins » et publiée dans « Le Monde », le chirurgien urologue s’enthousiasme devant le projet de l’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) qui traduit selon lui « l’évolution des mentalités et la fracture entre les générations de médecins ».

Guy Vallancien se réjouit sans doute de retrouver dans ce document plusieurs mesures qu’il préconise lui-même depuis plusieurs années. C’est le cas notamment de l’utilisation des cabinets médicaux mobiles, défendue par les étudiants, qui embarqueraient des médecins et d’autres professionnels de santé pour prendre en charge les patients dans des zones désertées par les praticiens. « Les jeunes relancent le projet, bravo ! », s’enflamme l’enseignant.

Plusieurs autres propositions trouvent encore l’approbation du Pr Vallancien, comme l’appel lancé aux praticiens hospitaliers seniors à se reconvertir en médecins de campagne dans les territoires sous denses, le déploiement de la télémédecine, la délégation de tâches – le Pr Vallancien est favorable à la création de nouveaux métiers de santé – ou l’ouverture d’un guichet unique au sein des agences régionales de santé (ARS) pour aider à l’installation des médecins.

L’avenir est aux maisons de santé

La création de maisons de santé universitaires et le développement de la formation en ambulatoire sont également applaudis par le chirurgien : « Il nous faut effectivement renverser la pyramide du système hospitalo-universitaire en privilégiant la médecine de proximité [...] et en finir avec notre hospitalo-centrisme coûteux déconnecté de 80 % de la pratique médicale. » L’avenir est aux maisons de santé, assure le Pr Vallancien, qui pronostique l’éclosion de 3 à 4 000 de ces « véritables petites entreprises médicales de proximité » dans les dix ans à venir. « L’avenir de la médecine est là, évident, grâce à cette réorganisation profonde du système sanitaire, estime le professeur de l’Université Paris-Descartes. Si les responsables politiques ne prennent pas à bras-le-corps ces propositions, ce sera à désespérer de vouloir adapter notre système médical à la modernité ». Avant de conclure à destination des Cassandre : « Râleurs, vieux grognons et adeptes de la médecine de grand-papa, s’abstenir ! »

 CHRISTOPHE GATTUSO

Source : lequotidiendumedecin.fr