Marcher pour rester vivant

Des séropositifs témoignent

Publié le 14/02/2007
- Mis à jour le 14/02/2007
1276102309F_Img247565.jpg

1276102309F_Img247565.jpg

BERNARD DUTANT n’a pas connu l’arrivée des trithérapies. Atteint du sida, il est mort en 1990. Mais de sa rencontre, il y a quinze ans, avec Marie de Hennezel, est née l’association qui porte aujourd’hui son nom*. Appelée à son chevet, alors qu’il était hospitalisé pour une toxoplasmose et avait déjà tenté par deux fois de mettre fin à ses jours, la psychothérapeute témoigne : «Aucun de mes patients, jusque-là, ne m’avait entraînée aussi loin dans cette exploration consciente de nos forces physiques.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?