Bourreaux et victimes

Des mécanismes qui favorisent la répétition  Abonné

Publié le 14/12/2017

En dehors de quelques tueurs en série, plus ou moins pervers, ou de situation de violences collectives génocidaires ou terroristes, les relations violentes (et intimes) qui lient auteurs et victimes trouvent aujourd’hui un écho particulier (1).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte