L’imagerie abdominale

Des évolutions au bénéfice de la prise en charge des malades  Abonné

Publié le 13/10/2016

L’imagerie abdominale a bien changé depuis ses débuts avec l’abdomen sans préparation et les techniques d’opacification (lavement baryté, transit œsogastroduodénal ou transit du grêle) qui ont maintenant été abandonnées au profit de techniques plus performantes en termes de diagnostic comme le scanner, ou n’exposant pas aux rayonnements ionisants, comme l’IRM et l’échographie.

Mais c’est probablement dans le domaine de la radiologie interventionnelle que les progrès ont été les plus importants, notamment en oncologie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte