Des candidats à l’installation racontent leur motivation  Abonné

Publié le 23/09/2013

Mohamed, gynécologue obstétricien de 39 ans, exerce à l’hôpital et envisage une installation en libéral en Seine-et-Marne pour raisons familiales. « Je sors de cette réunion renforcé dans mon projet, confie-t-il au « Quotidien ». Pas pour les aides proposées, mais à cause de la dynamique entre les professionnels de santé, l’ARS et le conseil général. Ils ont la volonté de monter des projets ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte