Dépassements : 600 internes devant la CNAM réservent un comité d’accueil aux négociateurs

Publié le 23/10/2012
1350935454382861_IMG_92166_HR.jpg

1350935454382861_IMG_92166_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

Quelque 600 internes et chefs de clinique ont manifesté ce lundi devant le siège parisien de l’assurance-maladie, en fin d’après-midi, avant que ne démarre l’ultime séance de négociation conventionnelle destinée à encadrer les dépassements d’honoraires.

Ce rassemblement était organisé à l’appel du syndicat des internes et des hôpitaux parisiens (SIHP) pour protester contre la « détérioration programmée de leurs futures conditions d’exercice ». Le SIHP a annoncé vendredi une grève illimitée des gardes et des astreintes et réclamé la conclusion d’un « pacte de génération » avec les pouvoirs publics pour garantir la liberté d’installation des jeunes médecins, « un revenu juste qui permette l’accès de tous à des soins de qualité » et revalorise le statut de l’interne.

« Ces 600 internes sont venus sur leur temps libre, ils se sont arrangés pour venir manifester et accueillir les négociateurs, a déclaré Julien Lenglet, président du SIHP. Ce mouvement cristallise un malaise global de la jeunesse de la profession ». Les manifestants confient leur inquiétude de voir les négociations en cours limiter à 150% du tarif Sécu les dépassements d’honoraires (hors de Paris). « Pour les praticiens parisiens, il est difficile de concilier les baux locatifs avec des tarifs plafonnés », explique Julien Lenglet.

Moins chers que le coiffeur

Guillaume, interne en pédiatrie à Trousseau, est persuadé que les médecins de secteur II multiplieront les actes si leurs dépassements sont encadrés. « Cette négociation ne va pas changer l’accès aux soins. Les problèmes d’accès aux soins se posent surtout dans le public, pas dans le privé ».

Les internes font tourner leur blouse blanche au-dessus de leur tête et chantent à tue-tête leurs slogans :

« La santé de demain, c’est avec les jeunes médecins » ou encore, « Marisol, t’es foutue, les internes sont dans la rue ».

Le dernier motif d’inquiétude en date concerne un amendement au projet de loi de financement de la Sécurité sociale déposé par une douzaine de députés socialistes. Ce texte prévoit de limiter la liberté d’installation des futurs médecins. Les nouveaux médecins seraient tenus de s’installer, pour une durée d’au moins deux ans, dans une zone sous-dense définie par l’agence régionale de santé (ARS). « C’est dégueulasse, tonne Julie, interne à l’hôpital européen Georges-Pompidou. On veut nous limiter l’installation et nous supprimer le secteur II. Aujourd’hui, les gens sont prêts à prêts à payer 30 euros une coupe chez leur coiffeur ou pour leur abonnement téléphonique et pas 28 euros pour leur médecin ! »

Les internes se sont lentement dispersés au moment où la nuit tombait. Mais ils semblent disposés à poursuivre leur mobilisation dans les semaines à venir. Nombre d’entre eux pourraient rejoindre la grève des praticiens de plateaux techniques, prévue le 12 novembre à l’initiative du syndicat Le BLOC.

CHRISTOPHE GATTUSO

Source : lequotidiendumedecin.fr