De la lumière infrarouge dans le Parkinson, du froid dans l'épilepsie  Abonné

Publié le 25/06/2018

Après avoir mis au point la stimulation cérébrale profonde dans la maladie de Parkinson résistante, Clinatec vise la neuroprotection avec le projet NIR (Near Infra Red). Le dispositif implantable intracérébral est conçu pour délivrer de la lumière bleue au niveau des neurones dopaminergiques. L'objectif est de prévenir leur neurodégénérescence, via la correction de déficits mitochondriaux décrits au cours de la maladie. En activant une enzyme mitochondriale, l'irradiation infrarouge permet d'assurer la production d'énergie à la cellule sous forme d'ATP.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte