Une pièce suédoise

Dans un hôpital psy  Abonné

Publié le 20/03/2007

IL N'Y A RIEN de réaliste dans la manière dont cette pièce de Lars Norén, écrite en 1994, est représentée aujourd'hui à Nanterre. Le décor de Gilles Taschet l'affirme avec, sur le grand plateau occupé par un ensemble volontairement gris, vaste salle sur laquelle donnent de nombreuses portes, un immense panneau en couleurs. On croit à une de ces grandes photographies d'heureux lointains qui ornent les murs des restaurants, panoramas utopiques.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte