Dans le Gard, le suicide d’un urologue de 37 ans replonge la profession dans la stupeur et la colère

Par
Guillaume Mollaret -
Publié le 13/03/2019

« Un praticien comme on en rencontre peu dans une vie. Nous le remercions pour son professionnalisme et son empathie envers ses patients. Cher docteur vous allez nous manquer, reposez en paix les anges veillent sur vous. » Ce message laissé sous un avis de décès est celui d’un patient du Dr Nicolas Siegler, un urologue de 37 ans exerçant dans le Gard, ayant mis fin à ses jours au début du mois de mars.  

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)