Coopération interpro : Touraine réclame aux libéraux de santé un accord « avant fin juillet »

Publié le 14/03/2014
1394818554506446_IMG_125249_HR.jpg

1394818554506446_IMG_125249_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

La ministre de la Santé a déclaré ce vendredi devant les représentants du Centre national des professions de santé (CNPS, libéraux) qu’elle souhaitait que la négociation sur la coopération interprofessionnelle et les rémunérations d’équipe aboutisse « avant la fin du mois de juillet ».

Les discussions doivent officiellement s’ouvrir début avril – les dates du 3 ou 4 avril ont été évoquées – pour définir le cadre de ces coopérations et préciser la rémunération des différents professionnels qui y prendront part. « Mon objectif, c’est la généralisation et l’extension des modalités de rémunérations d’équipes », a affirmé Marisol Touraine, en présence du directeur de l’assurance-maladie.

Cette négociation représente aux yeux de la ministre une « étape majeure de la révolution du premier recours » qui contribuera à structurer l’offre de soins à travers le développement des parcours coordonnés.

Deux modalités d’organisation du travail en équipe seront reconnues, a poursuivi Marisol Touraine : une équipe « permanente », dans le cadre de structures regroupées, ou « ponctuelle », « à l’occasion d’un épisode de soins, après un séjour hospitalier par exemple ».

L’UMESPE (branche spécialiste de la CSMF) a souligné l’enjeu important pour « les spécialités cliniques de proximité qui vont être clairement identifiées dans le parcours de soins en regard du médecin traitant en tant que consultants ou, parfois, en qualité de médecins de premier recours ».

Le PAERPA, pas à pas

La coordination entre les professionnels de santé libéraux doit permettre de « renforcer leur présence sur le territoire, amplifier les actions de prévention, et améliorer la prise en charge des pathologies chroniques et à mieux gérer les situations de rupture dans le parcours de soins », a détaillé la ministre.

Marisol Touraine a salué l’engagement des libéraux de santé dans les expérimentations pour les parcours des personnes âgées en risque de perte d’autonomie (PAERPA), qui doivent permettre d’ici à la fin de l’année à près de 230 000 personnes de plus de 75 ans de bénéficier d’une meilleure prise en charge.

Si elle a présenté sa méthode et son calendrier, la ministre de la Santé n’a en revanche donné aucun élément sur les enveloppes financières qui seront affectées à la coordination et aux rémunérations des équipes.

Christophe Gattuso

Source : lequotidiendumedecin.fr