Contador blanchi par la Fédération espagnole

Publié le 16/02/2011
1297875209228441_IMG_54403_HR.jpg

1297875209228441_IMG_54403_HR.jpg
Crédit photo : AFP

La Fédération espagnole de cyclisme (RFEC) a blanchi Alberto Contador, triple vainqueur du Tour de France, contrôlé positif au clenbutérol en juillet 2010 sur les routes des Pyrénées. Alors qu’elle avait prononcé une suspension d’un an contre le sportif de 28 ans, la RFEC a brusquement retourné sa veste mardi et le blanchit des accusations de dopage dont il était l’objet depuis un contrôle positif à Pau le 21 juillet dernier. L’analyse des urines de Contador avait en effet révélé des traces infimes (50 picogrammes par millilitre) de clenbutérol, un bêtastimulant qui stimule les fonctions pulmonaires mais qui possède aussi des effets anabolisants. Le cycliste clamait son innocence, affirmant être victime d’une contamination alimentaire après avoir consommé de la viande espagnole, la veille du contrôle.

Selon la Fédération, citée par le journal espagnol « As », la présence de clenbutérol « ne peut être due à un dopage volontaire car la quantité infime détectée est absolument inefficace pour améliorer le rendement ».

Elle ne peut pas non plus venir « de l’absorption de compléments vitaminés, de microdoses ou d’une autotransfusion », aucun indice de transfusion sanguine n’ayant été détecté. « Tout ceci nous permet de conclure que, avec un degré de probabilité élevé, le résultat positif détecté est la conséquence de la consommation de viande contaminée, sans que cela puisse représenter ou être considéré comme une négligence. » Or, si le coureur démontre qu’il n’a commis aucune faute ou négligence, « la période de suspension normalement applicable ne sera pas retenue », stipule l’article 296 du règlement de l’Union cycliste internationale sur lequel s’appuie la RFEC pour blanchir Contador. Le même texte précise que « le coureur doit démontrer comment la substance interdite a pénétré dans son organisme ».

Contestations.

Si la décision de la RFEC contente Contador, qui estime « son honneur reconnu », elle reste incomprise par différentes instances. D’abord, le triple vainqueur du Tour de France n’a pu, jusqu’à maintenant, montrer positivement les preuves de son intoxication alimentaire. Le clenbutérol est prescrit à l’origine pour les animaux, en particulier les bovins, afin qu’ils aient plus de viande. Mais l’association espagnole des producteurs de viande bovine assure que « sur un total de 14 179 analyses réalisées l’année dernière sur des bovins, il n’y a pas eu un seul cas positif de clenbutérol dans le pays ». Pour les éleveurs, Contador tente de blanchir son image « au détriment de tout un secteur de production qui fait vivre directement ou indirectement plus de 150 000 familles en Espagne ».

En outre, le règlement antidopage n’indique pas de seuil minimal au sujet du clenbutérol. « Même si les traces sont infimes, il y a un apport exogène qui doit être sanctionné, le clenbutérol est une substance interdite, il n’y a pas de doses infimes autorisées », a souligné David Lappartient, président de la Fédération française de cyclisme, « déçu » de la décision de son homologue espagnole.

La balle est désormais dans le camp de l’Union cycliste internationale et de l’Agence mondiale antidopage, qui ont trente jours pour faire éventuellement appel de la décision de la Fédération espagnole de cyclisme devant le tribunal arbitraire du sport dans le délai légal de 30 jours à compter de la réception du dossier. En attendant, Contador a repris son vélo depuis mercredi, sur les routes du Portugal pour le Tour d’Algarve.

 COLINE GARRÉ

Source : lequotidiendumedecin.fr