Consultations, passages aux urgences : la bataille de la com’ fait rage sur l’impact de la grève

Publié le 05/01/2015
1420479516575219_IMG_144545_HR.jpg

1420479516575219_IMG_144545_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

Le mouvement de grève lancé par les médecins libéraux pendant les fêtes de Noël contre le projet de loi de santé est l’objet depuis quelques jours d’une intense bataille de communication entre les syndicats de praticiens et les pouvoirs publics (ministère, CNAM).

Marisol Touraine a affirmé à plusieurs reprises que la continuité et la permanence des soins avaient été assurées sans problème pendant la fermeture des cabinets de ville. « Aucune difficulté particulière dans la prise en charge des malades n’a été signalée sur l’ensemble du territoire, assurait le ministère de la Santé le 26 décembre. Les taux de fréquentation des services d’accueil des urgences sont stables par rapport à ce qui a été observé pendant la même période les précédentes années. » Quelques jours plus tard, le 29 décembre, elle répétait qu’il n’y avait « pas de difficulté dans l’accès aux soins ».

Contestation des chirurgiens

L’Union des chirurgiens de France (UCDF) a rapidement contesté cette affirmation, relayant dès le 28 décembre sur les réseaux sociaux de nombreux articles de presse régionale évoquant la saturation de plusieurs services d’urgences à Beauvais, Tours, Nice, Amiens, Calais, Rouen ou en Vendée...

Les généralistes de SOS Médecins, qui sont entrés en grève à partir du 29 décembre, ont selon leurs termes été réquisitionnés « à tour de bras ».

Ce lundi, l’UCDF dénonce à nouveau dans une vidéo parodique les « mensonges » de Marisol Touraine, rebaptisée « Marisol Toubaigne ».

Selon le syndicat de chirurgiens, le logiciel « Cyber urgences », qui permet de mesurer en temps réel le temps d’attente et les capacités en lits a permis de repérer une saturation des urgences de Poissy dimanche 4 janvier au soir, avec 73 patients en attente pour une capacité de 23 personnes, mais aussi à Versailles.

Polémique autour des chiffres de la CNAM

La polémique autour de la mobilisation réelle des médecins a rebondi vendredi dernier après la diffusion de statistiques de l’assurance-maladie selon lesquelles le nombre de consultations des médecins libéraux aurait... légèrement augmenté entre le 23 et le 30 décembre, par rapport aux années passées, malgré la grève. Selon l’assurance-maladie, 4,9 millions de feuilles de soins ont été télétransmises au total du 23 au 30 décembre (contre 4,6 millions en 2013 et 4,8 millions en 2012 sur la même période).

La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) s’est étonnée de la rapidité de l’assurance-maladie à communiquer ces résultats visant à minorer l’ampleur de la mobilisation des médecins libéraux.

Le syndicat observe que le nombre de consultations a été effectivement supérieur dans la seule journée du 23 décembre, « sans doute car les patients ont anticipé la fermeture des cabinets à partir du lendemain », explique le Dr Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF.

Le syndicaliste souligne en revanche que le volume des consultations médicales entre le 24 et le 31 décembre a fléchi de 21 % par rapport à 2012. « Ces chiffres montre le succès de la mobilisation et, du coup, les très nombreuses réquisitions auxquelles les pouvoirs publics ont procédé », conclut le Dr Ortiz, satisfait de la mobilisation de la profession mais aussi de la médiatisation de la grève.

Christophe Gattuso

Source : lequotidiendumedecin.fr