Congrès de l’ERS : les apnées du sommeil augmentent la mortalité par cancer

Publié le 04/09/2012
1346768345368220_IMG_88517_HR.jpg

1346768345368220_IMG_88517_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

Une étude espagnole ayant inclus plus de 5 600 sujets dans 7 centres spécialisés du sommeil confirme l’association entre syndrome d’apnées du sommeil (SAS) et cancer, ce que deux études avaient suggéré précédemment cette année. La gravité du SAS était évaluée à l’aide de l’index d’hypoxémie, qui mesure la durée moyenne passée avec une saturation en oxygène inférieure à 90 %.

Les patients ayant passé plus de 14 % de leur sommeil avec une saturation en oxygène ‹ 90 %, ce qui correspond à un SAS sévère, ont présenté une mortalité par cancer quasiment doublée (odds ratio 1,94), par rapport aux témoins. L’association était plus forte chez les hommes et les sujets jeunes. Les participants peu observants pour la CPAP étaient les plus exposés avec une mortalité par cancer multipliée par 2,56.

Association entre plusieurs affections

Quant aux études précédentes, toutes deux espagnoles également, la première dirigée par le Dr Francisco Campos-Rodriguez à l’université Valme de Séville avait mis en évidence une augmentation de l’incidence de cancer tout type chez les patients ayant un SAS sévère.

La seconde dirigée par le Pr Ramon Farre de l’université de Barcelone avait montré chez un modèle de souris pour le mélanome que les rongeurs soumis par intermittence à une atmosphère hypoxémique présentaient davantage de métastases. Pour le Dr Miguel Angel Martinez-Garcia, de l’université La Fe à Valence, l’auteur principal de la récente étude sur la mortalité par cancer : « Notre étude ne fait que mettre en évidence une association entre ces affections, ce qui ne veut pas dire que le SAS soit la cause du cancer ».

Présentée le 4 septembre 2012 au congrès de l’ERS, Vienne.

Dr IRÈNE DROGOU

Source : lequotidiendumedecin.fr