Comment s’habiller pour plaire aux patients ? Une étude fournit des réponses

Par
Stéphane Long -
Publié le 14/07/2018
plaire aux patients

plaire aux patients
Crédit photo : PHANIE

L’habit ne fait pas le moine… mais il fait peut-être le médecin ! Des chercheurs américains ont étudié l’impact de la tenue vestimentaire des praticiens hospitaliers sur leurs patients. Verdict : 53 % des personnes interrogées affirment que ce critère est important, un tiers estime qu’il influence leur niveau de satisfaction durant les soins.

Les auteurs ont également cherché à évaluer quels vêtements étaient les plus à même d’inspirer confiance aux malades. La blouse blanche apparaît comme une valeur sûre, mais d’autres tenues sont à leur avantage selon le contexte de la consultation, indiquent-ils.

L’étude a été réalisée du 1er juin 2015 au 31 octobre 2016, auprès de 4 062 patients, à travers 10 hôpitaux universitaires américains. Les résultats ont été publiés dans le « British medical journal » du 29 mai 2018.

La blouse blanche, une valeur sûre

Plusieurs clichés (voir ci-dessous) d’hommes et de femmes, arborant des vêtements différents, ont été présentés aux sujets de cette étude, qui devaient indiquer ce que ces praticiens (et leurs tenues) leur inspiraient selon 5 critères : savoir, confiance, attention, accessibilité et confort. Ils devaient également répondre à un questionnaire sur leurs préférences en fonction du type de consultation (urgences, médecine générale, chirurgie…).


Source : BMJ

Résultat : la blouse blanche fait l’unanimité, que ce soit pour les médecins hommes ou femmes. D’une manière générale, les tenues strictes, professionnelles, l’emportent sur les tenues moins formelles (jean, sweat-shirt), même associées à une blouse. « Ces résultats sont logiques, soulignent les auteurs. Les patients ont en tête une représentation de comment un professionnel de santé doit être habillé et ils répondent positivement à ces stéréotypes. »

La tenue de bloc, aux urgences uniquement

Ils relèvent cependant des différences notables selon l’âge, le sexe, le niveau d’éducation ou la localisation géographique des participants. Le contexte de la consultation joue également. Aux urgences ou en chirurgie, c’est la tenue de bloc associée à la blouse blanche qui a la préférence des patients. Une tenue formelle (chemise et blouse) paraît déplacée dans cet environnement.

Ces différences ne sont pas anodines, estiment les auteurs de l’étude puisque cela a clairement une importance dans la perception des soins reçus et dans la relation médecin-patient. À qualité de soins équivalente, cela peut avoir son importance, soulignent les auteurs, à une époque où le patient est au centre des préoccupations.


Source : lequotidiendumedecin.fr