Au cours du vol, le volume sonore explose. « C'est très peu lumineux et l'avion bouge beaucoup, il faut donc que tout soit sécurisé », explique le Dr Boris, médecin responsable de la 160e antenne médicale, à Istres. La présence de 100 000 litres d'oxygène, est également une source de stress - un système de délestage en cas d'urgence est prévu et fait l'objet d'une présentatiob au cours du stage. « Il fut un temps où on considérait que le système de ventilation et de climatisation suffirait », se souvient le médecin chef des services Patrick.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?