Convention

Chassang fait de la résistance

Publié le 27/03/2009
Article réservé aux abonnés
Exaspéré par le statu quo conventionnel, le président de la CSMF s’impatiente et mobilise ses troupes

Crédit photo : ©VOISIN/PHANIE

Une réunion conventionnelle aurait dû normalement se tenir au cours de la seconde quinzaine de mars. Mais il n’en a finalement rien été. Un statu quo qui commence à exaspérer la CSMF qui assure vouloir « entrer en résistance » à l’issue de son assemblée générale qui s’est tenu le week end dernier. « Nous sommes prêts à entrer en négociation dès demain si on nous invite, a fait savoir Michel Chassang, à l’occasion d’une conférence de presse mercredi. Nous ne faisons aucune surenchère. Mais en cas de refus, nous le comprendrions comme du mépris et nous prendrions nos responsabilités au niveau conventionnel et tarifaire ». Le président de la Confédération n’a pas pour l’instant voulu formuler de menaces plus explicites. Pas de guérilla tarifaire envisagée pour l’heure mais la CSMF appelle néanmoins ses adhérents à ne plus recevoir les délégués de l’Assurance-maladie et a boycotter les futurs « contrats d’amélioration des pratiques individuelles ». D’une éventuelle réunion conventionnelle, elle exige « la mise en place de la CCAM clinique avec la création immédiate d’une nouvelle lettre clé applicable par l’ensemble des médecins pour le premier niveau de consultation à 23 euros ». Il existe désormais une petite fenêtre pour négocier jusqu’à ce que les sénateurs s’emparent à leur tour du projet de loi « Hôpital, patients, santé et territoires » à partir du 12 mai. Une série d’amendements leur sera en outre transmise. « Le texte n’était pas terrible avant l’Assemblée nationale, il en ressorti pire » se désole Michel Chassang pour qui HPST signe la fin de la liberté d’installation.


Source : Le Généraliste: 2483