Charcot-Marie-Tooth : le point commun entre nerfs et reins

Publié le 05/01/2012
1325773678312309_IMG_74799_HR.jpg

1325773678312309_IMG_74799_HR.jpg
Crédit photo : Phanie

La maladie de Charcot-Marie-Tooth (MCMT) est une maladie neurologique héréditaire qui touche environ une personne sur 2 500. Elle se caractérise par une faiblesse musculaire progressive qui atteint notamment les extrémités des membres. Elle est liée à une atteinte des nerfs périphériques, d’où perturbation de la conduction de l’influx nerveux.

Des cas de maladie rénale ont été rapportés chez des patients atteints de MCMT mais, jusqu’à présent, aucune base génétique ou physiologique commune n’a été décrite pour expliquer cette association.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)