Aux Entretiens de Bichat

C’est aux médecins de parler d’incontinence  Abonné

Publié le 29/09/2011

UNE FEMME sur deux souffrira d’une incontinence urinaire (IU), qui altère durablement la qualité de sa vie. Or beaucoup n’en parlent pas, pour différentes raisons : pour elles, ce sujet est tabou, l’incontinence fait partie du vieillissement et/ou les solutions sont absentes. Les médecins doivent donc rechercher activement une incontinence, en parler les premiers (c’est ce que souhaitent ces femmes), pour proposer un traitement, mais aussi écarter l’hypothèse d’un cancer ou d’une infection dont l’incontinence pourrait être le symptôme.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte