CESh : Pécresse réaffirme son soutien à la recherche et au Téléthon

Publié le 25/11/2010
1290703831207442_IMG_49189_HR.jpg

1290703831207442_IMG_49189_HR.jpg
Crédit photo : S. Toubon/«le Quotidien»

ALORS que l’équipe du Pr Philippe Ménasché s’apprête à effectuer un essai clinique sur six patients, qui ouvre la voie à l’utilisation des cellules souches embryonnaires (CESh) dans le traitement de la déficience cardiaque, Valérie Pécresse a indiqué que le gouvernement accompagnera les chercheurs et leur offrira « une stabilité dans le cadre législatif ». « Votre cheminement est très intéressant car il montre qu’il n’y avait pas d’alternative avec les cellules souches adultes », a souligné la ministre.

Le projet de révision de la loi bioéthique, qui doit être débattu en janvier par les parlementaires, prévoit de maintenir le régime d’interdiction de la recherche sur l’embryon avec dérogations. « Le gouvernement est responsable de son soutien à la recherche », ajoute la ministre, pour qui le législateur doit trouver « une position d’équilibre » entre les enjeux éthiques et les bénéfices attendus de cette recherche.

Après avoir réalisé la première greffe intramyocardique de cellules musculaires en juin 2000, le Pr Ménasché s’est reporté sur les CESh, un « choix par défaut ». Les CESh ne « seront peut-être qu’une étape dans cette histoire », tempère le cardiologue, en rappelant que ce projet venait d’être soutenu par l’Association française contre les myopathies (AFM). À la veille du Téléthon, la ministre a tenu à rappeler que ce rendez-vous annuel et télévisé permettait de récolter des fonds « irriguant toutes les maladies » et pas seulement orphelines. « Le Téléthon fonctionne », a-t-elle dit, et le remplacer par un appel à une cause globale serait une « fausse bonne idée ».

lequotidiendumedecin.fr, le 25/11/2010

STÉPHANIE HASENDAHL

Source : lequotidiendumedecin.fr